En route pour bébé 2

Un trimestre qui se termine déjà, je réalise chaque mois que je suis maman d’un petit trésor et voila que je vais à nouveau être maman. Je ne me projette pas encore, je vais être maman pour la deuxième fois. Une nouvelle grossesse alors que ma fille est un tout petit bébé qui n’a pas encore 1 an. Je vais vous raconter ce premier trimestre et je vous assure qu’il n’est pas du tout comme ma première grossesse. Vive les rebondissements! 

Le désir d’un deuxième enfant.

Je ne voulais qu’un enfant. Je pensais en avoir la conviction mais beaucoup d’élément m’ont fait douter de ce choix et le plus gros et pas des moindres, c’est mon mari, il a toujours voulu 2 enfants encore plus vus les conditions de la 1 re grossesse…Mon mari et moi avons vécu la grossesse et la naissance de notre fille de manière particulière. Il était absent 6 mois sur 9, il a raté la naissance de Perle de quelques jours, il a appris la grossesse alors qu’il était à des milliers de km de moi, on a géré toutes ces péripéties comme on a pu, mais c’était difficile à surmonter. Plus les mois passent avec Perle, plus on a tous les deux cette sensation que quelque chose n’est pas fini.C’est l’élément déclencheur qui a fait que nous savions au fond de nos coeurs que nous devions « rattraper » ce moment magique qu’est la grossesse car nous rêvions tous deux vivre cette expérience ensemble de A à Z. Le désir du deuxième est apparu timidement chez moi, j’envisageais sérieusement d’ici 4 ou 5 ans, de recommencer l’aventure. Le time ming en a voulu totalement autrement.

Processed with VSCO with c1 preset

La découverte de la grossesse.

Je ne prends plus de contraceptif depuis la conception de ma fille. Avec l’allaitement je ne pouvais qu’utiliser une pilule microdosée mais ce type de pilule avec mon endométriose ne me convenait pas et me fait saigner en permanence. Grande téméraire que je suis, je me dis « Vas y Kath t’inquiète tu vas compter tes cycles et tu vas gérer » Evidement le comptage des cycles n’est absolument pas fiable… Première petite frayeur en avril avec 10 jours de retard dans mes règles, je fais un test, il est négatif. Sauf que j’aurais dû avoir la puce à l’oreille et me dire « Kath ton cycle viens de se dérégler attention le mois prochain ne joue pas avec le feu » Je suis une grande tête de mule et je décide donc de revivre la même angoisse le mois suivant, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué est une de mes caractéristiques.

Nous voilà en mi-mai, une semaine de retard se présente, tout va bien j’explique à mon chéri que ça sera comme le mois dernier je vais avoir un retard de 7 à 10 jours. J’achète quand même un test pour confirmer ma théorie, je le fais le lendemain, test défectueux, donc je n’ai pas de résultat. Au bout du 10e jours de retard, mes règles ne sont toujours pas là, je panique un peu, je rachète un test. Au réveil le lendemain je fais le test persuadé qu’il sera négatif. SURPRISE. Clearblue digital m’informe que je suis enceinte de 2 semaines.

À ce moment précis, la panique s’empare de moi, les larmes montent, je vais dans le salon je pleure à chaudes larmes, au bord de la crise d’angoisse, je vais réveiller mon mari en pleurs qui sautent du lit et me rejoins dans le salon, impossible de parler je lui indique les toilettes du doigt et arrive à chuchoter va voir, il revient l’air soulagé et me dit une phrase du genre « c’est juste sa, il fallait s’y attendre en même temps », moi inconsolable en train de me vider de toute l’eau de mon corps, il me prend dans ses bras et tente d’avoir une discussion. Pendant ce temps dans ma tête je vrille, « enceinte, ma fille à 7 mois à peine, comment je vais faire, je ne suis pas prête, mon corps n’est pas prêt, elle n’est pas prête, elle va m’en vouloir, je suis en train de la trahir, je peux pas faire ça, je peux pas mener cette grossesse, je ne veux pas » J’arrive enfin à parler et à lui dire, je peux pas le garder. De son côté, force tranquille, solide comme toujours, mon homme me dit « Tu ne vas pas avorter, imagine qu’on veuille un autre enfant dans quelques années et que tu ne puisses plus, imagine ces gens qui ne peuvent pas avoir d’enfant. C’est une chance qui s’offre à nous » Evidement dans ma tête c’est le brouillard total, je pleure de plus belle, culpabilisant en effet de penser à avorter. 

Heureusement l’ébullition des hormones et de la surprise est redescendue petit à petit. Le lendemain déjà je n’avais plus le même discours et je me confiais à mon mari lui indiquant qu’il était impossible pour moi d’aller avorter, que même si je ne suis pas encore convaincue à 100% qu’un deuxième enfant maintenant soit un bon choix je ne pourrais pas avoir le courage d’aller avorter. Il faut se le dire c’est un acte qui nécessite beaucoup de courage et de détermination, qui n’est pas anodin et qui en plus laisse des traces psychologiques à vie. Je ne pouvais pas le faire. Je ne voulais pas.

J’ai alors pris quelques jours pour faire le tri dans mes idées, dans mon cœur, ce bébé est une surprise oui, mais il est voulu, c’est notre cadeau, nous qui rêvions de vivre ensemble cette aventure avec mon mari, nous qui débordons d’amour depuis que Perle est arrivé dans nos vies, pourquoi se priver de doubler ce bonheur? On s’aime infiniment et rien n’est insurmontable alors j’ai accepté de tout mon être ce bébé et la vie qu’il allait nous apporter. 

L’annonce à nos proches :

Quand je vous dis qu’on a choisi de vivre ce moment pleinement je ne plaisante pas. Pour Perle nous n’avions pas pu l’annoncer en présentiel étant donné la distance. Cette fois-ci on a acheté des billets, sauter dans l’avion malgré les contraintes du covid et nous sommes allé l’annoncer à nos proches de vive voix. Autant pour ma fille j’avais gardé précieusement le secret de ma grossesse plus de 3 mois, autant pour ce bébé l’excitation et l’impatience étaient intenses. Qu’est-ce que j’avais peur de la réaction des gens… je partager mes ressentis avec ma sœur en avant-première pour pouvoir me reposer sur elle et aussi puisque je n’aurais pas l’occasion de la voir comme elle n’habite pas à la Réunion, elle était là pour m’épauler et me rassurer parce que j’avais vraiment peur de la réaction de ma famille. Encore une peur qui n’aura servi à rien, parce qu’on a annoncé la nouvelle lors d’un repas avec nos deux familles, juste d’y repenser la vague d’émotion présente ce jour-là me fait verser encore des larmes. Nos deux familles étaient submergées par le bonheur, les larmes, la surprise, la joie… c’est un moment fantastique. Bien sûre que ma mère et ma mamie étaient quand même inquiètes de l’organisation avec deux jeunes enfants mais personne n’a pensée comme moi « Tu ne peux pas faire ça ». J’ai attendu un peu plus tard pour l’annoncer à mes autres proches, famille ou amis étant donné que j’étais à peine à 1 mois et demi lors de mon séjour à la Réunion. 

Les réactions de mon entourage m’ont rassuré, je me suis dit que si les gens réagissent avec autant d’amour et de joie c’est que je peux y arriver. Et je me souviendrais toute ma vie de ces deux personnes, qui ne se connaissent même pas, qui m’ont dit exactement les mêmes mots en l’apprenant « Tu as tellement d’amour en toi, tellement d’amour à donner que c’est logique comme suite, tu seras capable de gérer et leur apporter tout ce qu’il faut. » Ces mots m’ont tellement chamboulé sur le moment. Je me sentais incapable de surmonter cette étape, je n’étais même pas prête à avoir 2 enfants, alors 2 enfants rapprochés je n’étais pas prête à cette idée. En entendant ces mots je me suis reconnecter au jour de l’accouchement pour Perle, j’ai senti, qu’effectivement j’aurais assez d’amour, de force, de patience et de bienveillance pour mes deux enfants, pour être une épouse, mais aussi et surtout pour incarner la femme que je souhaite être d’une façon à part entière. Je vais y arriver.

Les maux de grossesse:

Mes deux grossesses sont significativement différentes. Je n’ai presque aucun désagrément, déjà que pour Perle c’était surmontable le premier trimestre mais là c’est comme ci de rien n’était. J’ai juste des petits vertiges de temps en temps et l’estomac qui n’aime pas être trop plein mais sinon je n’ai strictement rien à signaler sur le plan physique. J’étais un peu plus fatigué que d’habitude le premier mois, mais j’ai fait une cure de spiruline qui m’a remise d’attaque. Je pense par contre que pour la suite, tout comme pour Perle, je vais avoir une sciatique de grossesse car je sens déjà le nœud dans mon dos. Les douleurs ligamentaires commencent à arriver sur le début du deuxième trimestre mais vraiment rien à voir avec ma première grossesse pour le moment.

Le bébé :

J’ai eu 3 rendez-vous où j’ai pu voir le bébé pendant mon premier trimestre. Le premier rendez-vous pour confirmer la grossesse, puis un écho de contrôle quelques semaines plus tard, à la Réunion, où l’échographe nous à montrer notre minuscule bébé en 3D ce qui était juste trop beau et enfin ma première échographie, celle dite de datation. D’ailleurs je vous en avais fait part dans mon article du 3e trimestre pour ma grossesse précédente, le suivi médical est vraiment plus poussé et humain à la Réunion. Ici c’est un peu comme une usine à rendez-vous, les docteurs que j’ai rencontrés ne prennent pas le temps et n’utilise pas de discours bienveillant. Mon gynécologue est focus sur mon poids… tout le reste passe à la trappe il n’y a pas de place pour la magie de l’événement.

Concernant la date de la conception, elle est estimée au 12 mai. Surprise ! Elle coïncide avec notre anniversaire de fiançailles. Le 12 mai 2019 j’avais vécu une journée et une nuit magique à Disney, mon chéri m’avait demandé en mariage, j’étais dévasté de bonheur. Un an plus tard, jour pour jour, le 12 mai 2020 nous concevions notre 2e enfant. Je ferais attention le 12 mai 2021 par contre de pas concevoir le troisième ^^ Sachant que Perle nous l’avions conçu pour mon anniversaire. Les anniversaires sont donc des dates très fertiles si vous voulez avoir mon avis pour la conception de vos enfants.

En conclusion :

Je vais devenir maman pour la deuxième fois. Je n’imaginais pas porter la vie une seconde fois, encore moins si vite. Finalement depuis que je suis enceinte je n’arrête pas d’embêter mon mari en lui chuchotant que 3,4 ou 5 enfants seraient l’idéal, évidemment il veut qu’on s’arrête à 2! Les avantages de 2 enfants rapprochés sont considérables, ils vont grandir ensemble, je n’ai pas beaucoup de choses à acheter, je suis au taquet car je n’ai pas encore oublié le manque de sommeil, les pleurs, les coliques, les couches ou autres… Enfin tout cela pour dire que porter la vie est une expérience indescriptible, même au bout de la deuxième fois, je ne trouve aucun mot pour qualifier cette expérience magique. Je me sens vivante dans chaque cellule de mon corps, je sens la vie couler dans mes veines, je sens l’amour qui déborde de mon cœur… C’est indescriptible. J’éprouve tellement de reconnaissance pour cet enfant qui vient agrandir notre famille, je ne m’en sentais pas capable en l’apprenant, j’étais terrifiée et perdue mais finalement je ne voudrais pas que les choses se soient déroulé autrement. Mon mari et moi on peut vivre ces moments ensemble et c’est un boost d’amour et de motivation pour nous.

Voilà, voilà, 
Amicalement vôtre,
Kath


4 réflexions sur “En route pour bébé 2

  1. J’ai adoré ton article. Les ressentis étaient tellement fort, tes mots sont parfaits. Je suis sûre que ça ne sera pas un sujet: l’amour avant tout ! ❤️ Ta famille va s’agrandiiiiir c’est incroyable !!! ♥️♥️♥️♥️✨

    J'aime

  2. Si jolie écrit ,si joliment dit ,avec tellement de naturel d’amour et de vrai sentiment, merci à toi de partager ces moments de doutes ,de joies ,de bonheur encore félicitations ❤️❤️❤️❤️

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s